𝐄𝐌𝐌𝐀𝐍𝐔𝐄𝐋

En préparant cet éditorial, un chant très connu par tous les enfants m’est revenu spontanément : « Qui a eu cette idée folle un jour d’inventer l’école ? ». Et moi, je vais reprendre la phrase en la changeant comme ceci : « Qui a eu cette idée folle un jour de faire descendre Dieu pour vivre parmi nous ? ». Il faut être vraiment fou pour quitter son royaume de gloire et d’accepter de vivre dans un corps humain. Une folie ; car en principe, l’éternité ne peut pas être contenue dans un corps sensé être limité dans le temps et l’espace.
Deux événements dans la chrétienté sont totalement refusés par la raison et la logique : Noël et Pâques. Le premier, le Fils de Dieu présenté comme étant fragile et dépendant des mains d’un humain (Marie). Le deuxième, un Dieu ne peut pas mourir et pourtant, Il a expérimenté la mort. Ces deux marqueurs de notre foi montrent que le Dieu de la Bible est venu au cœur de notre humanité partageant tout ce qu’un humain vit.
La Bible regorge beaucoup de récits relatant des miracles, mais en ce qui me concerne, le miracle ne produit pas juste un moment d’euphorie mais aussi et surtout, il nous conduits à nous poser des questions pour donner suite à nos étonnements.
L’histoire de la naissance du Christ reste pour moi LE MIRACLE qui ne cesse de faire parler de lui.
C’est tellement renversant, incompréhensible qu’il est normal que beaucoup le refuse catégoriquement. À un tel point que certains nous traitent de ringards parce que selon eux, comment se fait-il de nos jours qu’il y ait encore des personnes qui croient en ce genre d’enfantillage ?
L’histoire de la naissance du Christ, pour beaucoup de personnes, fait partie des légendes destinées à faire oublier juste quelques jours ou quelques heures les tracas de la vie quotidienne durant les fêtes de fin d’année.
Ce qui fait la grande différence entre ces personnes et nous c’est que, pour elles, ce n’est qu’une histoire irréelle dans des contes de fées faisant rêver les simples d’esprit, les enfants.
Mais pour nous qui avons bâti notre foi en Celui qui est venu à nous, c’est l’assurance que ce Dieu qui était si lointain auparavant est devenu si proche parce qu’Il est AVEC NOUS.

RJL

Leave a reply